Guillaume Vendé

Podcasts, tech, développement personnel, zététique, organisation

Comment mettre en ligne des fichiers sur SoundCloud sur iOS

Il y a de cela (au moins) un an, l’application SoundCloud sur iOS permettait d’envoyer des fichiers audio. L’application avait depuis été mise à jour en retirant cette fonction. Pourquoi ? Aucune idée… Mais depuis, j’ai trouvé une solution très simple à mettre en oeuvre.

Je me sers de SoundCloud pour héberger les fichiers audio des podcasts que je réalise : Tech Café bien sûr, mais aussi Comme des poissons dans l’eau, avec Tom. Et depuis quelques temps, je me suis mis en tête de chercher à produire intégralement (enregistrement, montage, et mise en ligne de l’épisode) mes épisodes avec un appareil iOS. Pour le moment, je me sers de mon Mac presqu’exclusivement pour mes émissions et si jamais faire cela avec des appareils de type tablette, je pourrais alors me passer totalement de Mac. Je sais, ça tient du caprice, ou a minima, du petit défi personnel.

A noter que si vous voulez savoir comment je procède aujourd’hui pour les enregistrements, j’avais écrit un article à ce sujet, il y a de cela quelques mois. Notons d’ailleurs que Call Recorder d’Ecamm fonctionne toujours aussi bien. Ils ont même fait évoluer leur application avec un utilitaire d’export d’enregistrements super bien fait, et également la durée de l’enregistrement en cours, directement visible sur la fenêtre d’enregistrement.

Ecamm Call Recorder movie tool

Toujours est-il que si je dois parvenir à réaliser toutes les étapes de la réalisation de mes émissions, je devrais aussi parvenir à uploader mes fichiers sur SoundCloud, sur iOS.

J’ai bien essayé de chercher des applications qui pourraient se greffer aux API de SoundCloud. Sans succès. En passant par le navigateur, pas mieux. Et c’est là que j’ai réalisé que Safari, sur iOS, intègre désormais une fonction de consultation d’un site « forcé » en mode bureau. Cela couplé au fait que les dernières versions permettent également d’envoyer des fichiers (autres que des photos, comme c’était uniquement le cas il y a encore quelques temps), le tour est joué !

En résumé :

  1. Rendez-vous sur SoundCloud.com depuis votre appareil iOS
  2. Cliquer sur le bouton de partage (le rectangle avec la flèche qui monte)
  3. Sélectionnez parmi les options du bas l’option « Version pour bureau du site »
  4. Orientez votre appareil iOS en mode paysage si vous ne voyez pas le lien « upload » en haut à droite, puis « Sélectionnez un fichier à uploader ». Vous aurez accès à vos différents espaces de stockage.

Testé et approuvé !

Si cette astuce vous a servi, je vous laisse la partager sur les réseaux sociaux. Et bien sûr, si vous avez des solutions encore plus pratiques, déposez votre commentaire ci-dessous :-)

5 éléments à connaître pour faire votre veille sur internet

person-woman-eyes-face
Collecter de l’information sur le web est parfois tortueux. Les sources sont multiples et il est parfois difficile de s’y retrouver. Voici 5 éléments qui me servent de sources sur les sujets que j’affectionne, et que j’utilise régulièrement : 

1. Les réseaux sociaux

Trivial ? Oui, je reconnais que c’est évident, et ce sera sans doute un incontournable mais la veille passe par là. Servez-vous des réseaux sociaux pour suivre les sujets que vous affectionnez et en particulier :

  • Twitter, pour suivre les informations en live
  • Facebook, en likant des pages qui relaient du contenu qui vous intéresse
  • Google+, qui reste une plate-forme intéressante sur des thèmes donnés
  • LinkedIn, sur des sujets très professionnels
  • Pinterest sur les sujets visuels

2. Feedly, pour ne rien rater

Si les réseaux sociaux sont propices pour collecter de l’information « en live », on peut vite se trouver noyer sous une masse d’information diverse. Il peut être utile de se recentrer sur la lecture de quelques sites. Parfois, les interfaces de lecture ne promettent pas une expérience de navigation enrichissante. Auquel cas, ajoutez-les dans un compte Feedly : c’est un outil en ligne qui vous affichera tous les articles d’un flux RSS donné (les flux d’informations diffusés sur les sites internet).

3. Les sites eux-même

Parfois, certains sites proposent des expériences de navigation approfondies, plus enrichissantes que d’autres. C’est souvent question de feeling. Quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à aller directement sur ces sites. Faites-vous une barre de favoris de 3 ou 4 sites incontournables que vous devez aller voir régulièrement. Il devrait y avoir au moins un site d’information généraliste. Et puis, pour mes centres d’intérêt, j’affectionne particulièrement d’aller consulter tous les jours les articles de numerama. Et évidemment, si vous ne connaissez pas Google Actualités, vous devriez vraiment aller y jeter un coup d’oeil maintenant.

Pour développer votre sens critique, vous devriez peut-être bookmarquer et consulter régulièrement des sites tels que les décodeurs (Le Monde) et hoaxbuster par exemple.

Tom, dans Comme des poissons dans l’eau de mars 2016, avait parlé de pinboard, un outil qui vous permettra peut-être de collecter ces adresses de manière privilégiée.

4. Scoop it

Attention, l’interface est assez déroutante et pas très soignée (à mon goût). Le modèle économique est également assez tortueux. Toutefois, allez jeter un coup d’oeil à ce site qui vous permettra assez rapidement d’avoir accès (et de manière très fréquente) à des informations sur des centres d’intérêt.

Retrouvez par exemple ma veille sur les réseaux sociaux sur scoop.it.

5. La fonction « Recommandé » de Pocket

J’ai déjà parlé à plusieurs reprises de Pocket, un outil de sauvegarde d’articles pour vous permettre de les lire offline ultérieurement. Si le service en tant que tel a, selon moi, un peu perdu de son intérêt au fil du temps dans mon flux quotidien, son moteur de recommandation de contenus sociaux est assez bien fichue. Vous devriez y voir remonter du contenu intéressant, et évidemment, vous pourrez le sauvegarder pour le lire plus tard… dans Pocket !

Et vous ? Avez-vous d’autres suggestions ou recommandations à faire ? Comment faites-vous votre veille ? Partagez vos bonnes pratiques en commentaires !

Crédits : Photo via VisualHunt

Le guide pratique en 9 points en cas de coup dur

 

168595527_37355c07eb_o

On ressent tous à un moment ou à un autre un petit coup de mou. Les signes sont là : les mauvaises nouvelles s’accumulent, on se sent fatigué, on n’a pas encore réglé un soucis que trois s’ajoutent à la liste, et bien sûr, ce que l’on aime ou ce que l’on a prévu de faire n’a pas lieu. Voici un petit guide simple et pratique pour tenter d’intervenir de manière rapide et efficace. 

Ce genre de situation est parfois un point de bascule, qui amènera certaines personnes avec quelques prédispositions à de véritables déprimes. Que faire lorsque l’on se sent basculer ? Chacune de ces étapes doivent avoir lieu dans l’ordre. La première doit être faite le plus tôt possible et les suivantes assez rapidement.

  1. Tout arrêter 5 minutes. Visualiser le fait que toutes ces choses arrivent. Respirer. C’est un moment crucial qui permet de temporiser et prendre connaissance de la situation. Il est important à ce stade de ne pas analyser les causes mais bien interpréter la situation. Idéalement, si la situation vous le permet, fermez les yeux et concentrez-vous sur votre respiration.
  2. Lister les éléments qui vous préoccupent. Cela peut être sur une feuille, sur un carnet, ou sur une application de prise de notes. Ne pas les trier par ordre d’importance, ou par ordre chronologique, mais simplement les lister pour les visualiser, les formaliser. Posez-vous également la question, une fois que vous avez le sentiment d’avoir tout listé, de vous poser la question suivante : « Et si quelque chose que je n’avais pas perçu me causait également des soucis ?« . Déjà, à cette étape, vous pourriez déjà bien y voir plus clair. Si ce n’est pas le cas, pas de panique… Passez simplement à la phase suivante.
  3. Une fois les éléments listés, trouvez les peurs. Essayez d’identifier les 3 éléments qui ont, cette fois, le plus d’importance, et en tout cas le plus d’impact sur votre situation actuelle. Identifiez la peur que chacun de ces éléments vous occasionne. Il est possible que votre situation ne vous ait pas provoqué de peur mais essayez malgré tout de l’interpréter comme si cela était une peur. Par exemple, vous pouvez avoir noté : « La remarque de mon responsable sur mon travail m’a gêné. » La peur éventuelle que vous pourriez identifier pourrait être : « J’ai peur de ne pas arriver à faire mon travail. » ou « J’ai peur que l’on me trouve nul. ».
  4. A chaque peur correspond souvent un désir. Essayez pour ces trois éléments d’identifier le désir correspondant à la peur. Par exemple, pour l’exemple ci-dessus, le désir pourrait être : « J’aimerais parvenir à toujours réussir mon travail. » ou encore « J’aimerais ne jamais passer pour un nul. ».
  5. Souriez. A ce stade, le sourire va vous aider concrètement à aller à un peu mieux, et va vous aider à visualiser l’étape suivante. C’est une étape essentielle, ne la négligez pas.
  6. Réalisez que ce chacun de ces désirs n’est pas réaliste. Un désir est une forme de fantasme qui ne peut pas satisfaire une vie, ni apporter de bonheur. Il est important d’avoir des rêves, des envies, des souhaits, mais les désirs trop idéalistes et non réalisables ne mènent qu’à des frustrations, des peurs.
  7. Apporter 3 solutions concrètes, des « quickwins », susceptibles d’améliorer au moins un peu la situation. Il existe forcément quelque chose de simple que vous pouvez faire pour améliorer rapidement votre situation : dormir, appeler quelqu’un qui vous soutient et vous comprend, voir un film, écouter une musique qui vous plaît, prendre un rendez-vous avec un expert, un spécialiste, ne pas faire l’autruche et parler, etc.
  8. Ne vous enfermez pas dans le silence et dans le fait de garder ces soucis pour vous. Qu’ils soient petits ou gros, graves ou légers, s’ils font partie de la liste que vous avez faite, ils ont un rôle à jouer. Et en en parlant, vous êtes susceptibles de les résoudre, ou de les diminuer. Le secret de la résolution des problèmes réside souvent dans le fait de ne pas les garder pour soi, et de solliciter des experts. Il peut s’agir de professionnels (conseillers bancaires, médecins, artisans…) ou de proches (amis, membres de la famille…). Evitez de solliciter des personnes avec une aura négative ou qui pourraient vous culpabiliser. Vous avez besoin de soutien.

Normalement, cette liste de points devrait au moins vous donner des pistes pour comprendre comment réagir à des situations où l’on est en difficulté. Et puis, une fois que vous y verrez plus clair, vous pourrez tenter d’analyser comment éviter de vous retrouver dans une situation où vous avez accumulé plusieurs (ou une très grosse) difficulté. Mais nous pourrons y revenir dans un futur article…

Photo credit: gullevek via Visual hunt / CC BY-NC-ND

Page 1 sur 32

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén