Essayons Patreon

C’était arrivé depuis le lancement du financement participatif pour mon podcast Tech Café : on me demandait pourquoi j’avais choisi Tipeee et pas Patreon. Le fait que la monnaie soit en euro plutôt qu’en dollars, le fait que le site soit en français, étaient les deux principales raisons pour lesquelles je préférais Tipeee.

Pour rappel, ces sites permettent à des internautes, des auditeurs d’un podcast par exemple, de contribuer sur une petite somme pour chaque publication d’un épisode. Contrairement à des sites comme Kickstarter ou Ulule, l’idée n’est pas de faire un financement en une fois, d’un projet unique, mais de soutenir une production récurrente. Nombreux sont les youtubeurs, podcasteurs, blogueurs, mais aussi de nombreux autres acteurs présents sur le web pour produire du contenu, à les utiliser pour recevoir une rémunération pour leur travail.

Lors du lancement pour financer Tech Café, j’étais alors convaincu que la différence entre les deux plateformes, outres quelques aspects de régionalisation, n’empêcheraient pas certains d’utiliser Tipeee même s’ils avaient l’habitude d’utiliser uniquement Patreon. Pourtant, j’ai reçu plusieurs messages qui contredisaient cette vision avec le temps. On m’a notamment expliqué que Patreon était plus simple, plus rapide lors de l’inscription, et qu’il était agaçant de devoir s’inscrire à un nouveau service pour soutenir un podcast en plus.

J’ai mis pas mal de temps à y réfléchir et, comme toute entreprise, j’ai une vision, à travers mon activité podcastique, du service. J’ai donc décidé de faire ce que j’aimerais que toute entreprise fasse lorsqu’elle me propose ses produits : laisser le choix : j’ai donc lancé une page Patreon pour mon podcast Tech Café.

Ce n’est pas sans rajouter quelques contraintes : par exemple, le fait de publier des épisodes sur deux plateformes différentes à chaque fois (une étape de plus… pas une grosse mais une étape de plus). Mais aussi de convertir les niveaux de participation dans deux monnaies qui ne sont pas égales, avec des frais différents. Il y a aussi le fait que les paliers n’ont pas vraiment de sens (le fait d’atteindre un palier sur une plateforme ferait ne pas le déclencher de l’autre)…

Ces petites réserves font que c’est un choix que j’ai fait : celui de tester ces deux espaces pour me soutenir pour Tech Café durant 3 mois. Je verrai donc fin 2017 s’il y a une raison d’être de garder deux plateformes de financement participatif.

Au fond, tout est histoire de prise de risque. Ici, le risque est assez minime : soit ce nouveau mode de soutien ne prend pas, soit il permet à des internautes de me soutenir alors qu’ils étaient moins enclins à faire la démarche auparavant.

Merci en tout cas à tous ceux qui me soutiennent ! Et bien évidemment, si vous avez des questions, n’hésitez pas !

Fin de mon abonnement à Zencastr

J’ai mis fin à mon abonnement à Zencastr. Zencastr faisait une grande promesse pour tous ceux qui enregistrent des podcasts audio : proposer d’enregistrer localement les voix des intervenants, sur des pistes séparées, à distance, sans logiciel complémentaire (comme Skype par exemple), et en proposant même le montage final pour associer les voix et équilibrer le volume de celles-ci.

Or, j’ai eu beaucoup trop de problèmes pour un service qui me coûtait une centaine de dollars par an :

  • Des soucis de fiabilité de la plateforme : les épisodes pouvaient planter en plein milieu, pour tout ou partie des intervenants.
  • Des soucis de qualité de son avec des artefacts gênants (bruit sur la piste, sons intempestifs au début d’une prise de parole…)
  • Mais aussi des problèmes de différences de vitesse (ma piste était systématiquement décalée par rapport aux autres, au fur et à mesure de l’enregistrement : à la fin de l’épisode, ma voix avait 2 à 5 secondes d’écart avec les autres)…

En résumé, trop de soucis pour un service payant qui permettait justement de faciliter les enregistrements et gagner du temps.

Au final, je vais revenir à une méthode qui a fait ses preuves : Skype et Call Recorder (qui coûte une trentaine de dollars et que j’ai acheté il y a plus de 3 ans). J’ai pu enregistrer le dernier épisode de Tech Café de cette manière et je trouve que la qualité est tout à fait agréable. Même durant l’enregistrement, le son est bien meilleur que celui de la VOIP de Zencastr.

En revanche, un service qui me séduit de plus en plus, c’est Auphonic. Derrière son look horrible, ce service s’avère bien puissant et c’est maintenant auprès de lui que je préfère confier mes deniers pour de la production de podcasts.

L’idée est simple : vous envoyez votre fichier audio à Auphonic et il vous équilibre les voix, réduit le bruit : il vous « nettoie » et vous « professionnalise » votre son. Mais il va beaucoup plus loin. En effet, Auphonic peut également vous envoyer votre fichier sur SoundCloud (ça me fait une étape de moins pour mon flux de travail) mais également le transformer en une vidéo sur YouTube (avec une image fixe de votre choix). Tout ça passe par le cloud et donc, pas besoin d’uploader de lourds fichiers vidéo. Mat vantait les mérites de ce service et Bertrand Soulier m’a expliqué plus en détail cette fonction avec YouTube. J’ai d’ailleurs encore quelques ajustements à faire car la photo qui illustre la vidéo n’est pas au bon format…

Au final, le service Auphonic me fait gagner du temps, me fait gagner en qualité et m’ouvre des possibilités de diffusion supplémentaires. Tout l’inverse de Zencastr en somme. Je vous le recommande chaudement pour toute production vidéo.

Les meilleures réactions sur l’épisode du podcast Relife

Pour ceux qui ne le savent pas, j’anime avec Mathieu alias Profduweb une émission diffusée en podcast sur le développement personnel, la productivité, et de manière générale, ce que certains catégorisent sous le terme de lifehacking.

Avec la rentrée, et forts d’un bilan positif sur l’audience nous avons relancé la machine de plus belle, avec encore plus de préparation et d’anticipation.

L’énergie semble payer. Voici quelques réactions suite à cet épisode 8, avec la participation de Lionel Monge, développeur front-end enthousiaste :

Pour écouter cet épisode de Relife, rendez-vous sur relifepodcast.com !