Les étiquettes (ou tags en anglais) peuvent être utiles pour organiser son contenu dans Evernote mais elles peuvent également être source de complexité et nous empêcher d’avoir un flux de travail fluide. Il est peut-être temps pour vous d’abandonner les étiquettes.

C’est la recommandation de l’expert en productivité Tiago Forte, qui explique les désavantages de les utiliser ou, au moins, de se baser un peu trop sur les étiquettes :

Quand vous vous basez trop fortement sur les étiquettes, vous devez vous rappeler parfaitement de chacune d’entre elles, et exactement de la manière dont elles s’écrivent (…). Aussi bon que puisse être votre cerveau à reconnaître des structures, il est malgré tout assez mauvais pour les enregistrer et se rappeler précisément de nombreuses structures, car les structures des activations neuronales interfèrent les unes avec les autres. Pourtant, c’est exactement ce que vous essayez de faire quand vous essayez de vous rappeler de la bonne étiquette. C’est un gaspillage incroyable de ressources mentales.

Note : cet article est une traduction de l’article original « Get a Better Creative Workflow in Evernote by Ditching Tags » de Melanie Pinola sur lifehacker.com.

Forte souligne également à quel point le fait de créer automatiquement une nouvelle étiquette automatiquement lors de la saisie est gênant, même si vous avez des étiquettes similaires qui peuvent être légèrement différentes (avec la casse, une coquille, un pluriel ou un singulier, etc.).

Mais la raison la plus importante pour laquelle vous devriez arrêter de tout étiqueter dans Evernote est que les étiquettes vous font sentir moins productif et créatif :

Le véritable problème avec les étiquettes, et la raison pour laquelle non seulement elles ne parviennent pas à nous aider, mais également freinent le sentiment de créativité que peuvent avoir les utilisateurs, est qu’elles donnent l’impression que conserver une collection de notes personnelles ne demande rien de plus qu’un exploit héroïque de planification, suivi par des années de méticuleux enregistrements et annotations. Je vois ainsi de nombreuses personnes créatives, débordées dans cette tâche, pour laquelle leur esprit n’est pas adapté, et ainsi abandonner.

(Ajout Guillaume) Depuis la lecture de cette article, j’ai commencé à cesser profondément d’utiliser les étiquettes dans Evernotes et je travaille plus soigneusement le titre des notes. Je gagne ainsi beaucoup de temps à la collecte, sans perdre de temps ou d’efficacité lorsque j’interroge mes notes sauvegardées avec des requêtes. J’avais plusieurs centaines d’étiquettes et je suis descendu à quelques dizaines. Je pense dans les jours à venir parvenir à ne conserver que 10 ou 15 étiquettes maximum.

Et vous ? Quel usage avez-vous des étiquettes d’Evernote ?