Une réflexion sur les applications tierces et services natifs des smartphones

macbook-ipad-applications

Depuis quelques temps, je navigue d’un océan à l’autre : celui des applications tierces, et celui des applications natives. Ce mouvement survient dans l’univers iOS comme dans l’univers Android, et même sur Mac, je me pose fréquemment la question, sans parvenir à faire un choix durable.

Si, sur iOS, le système d’exploitation a longtemps rendu peu utilisable les applications tierces, l’ouverture de ces dernières années rend possible l’utilisation d’alternatives aux applications fournies sur le smartphone à la pomme. Aujourd’hui utiliser l’application Inbox sur iPhone n’est plus invraisemblable et utiliser un calendrier alternatif comme l’excellent (bientôt regretté) Sunrise, au calendrier de base.

Note : par comodité, j’utilise par la suite le terme d’applications natives pour désigner les applications qui sont « pré-installées » sur votre smartphone. Je sais que ce n’est pas ce que signifie originellement ce terme pour les afficionados aguerris en nouvelles technologies. Veuillez me pardonner !

Sur Android, les raisons étaient sensiblement différentes, l’ouverture étant cette fois évidemment bien plus grande (contrairement à l’iPhone1, on peut utiliser une autre application que l’application de base pour gérer les SMS), il s’agissait avant tout de combler des lacunes d’applications préinstallées assez importantes : les applications pour gérer les mails, les tâches, les notes, ou encore les SMS étaient assez peu ergonomiques et les applications tierces comblaient de grosses lacunes à ce niveau.

Depuis quelques temps, j’essaie de me faire un avis un tant soit peu définitif sur le sujet. Or, les évolutions sont permanentes : des applications tierces ne sont plus maintenues, et à l’inverse, les applications de base évoluent énormément, notamment parce qu’elles sont souvent les premières à intégrer des fonctionnalités avancées liées aux évolutions matérielles (je pense notamment à Force Touch sur le dernier iPhone qui permet de définir des actions différentes selon la force avec laquelle on appuie sur l’écran). Et puis, les équipes Android font un boulot du tonnerre pour proposer des mises à jour très pertinentes de leurs applications.

Du coup, un autre phénomène semble surfer sur ces évolutions, conjointement aux évolutions du système d’exploitation Android : une disparition lente mais progressive des différences entre les roms Android et les versions stock. Mon frère a ainsi largement « google-stockisé » son Samsung Galaxy S5. Il faut dire qu’entre Chrome, le launcher2, l’application Messages, et toutes les applications des services Google, on peut rapidement rapprocher l’interface de n’importe quel smartphone Android d’un Nexus (les smartphones de Google, sans surcouche logicielle, avec un Android stock3). Les constructeurs l’ont bien compris : ils pourront difficilement rivaliser avec le succès de l’interface « material design » et des applications Android stock.

Par-dessus cet état de fait, j’ai toujours voulu faire en sorte de choisir des services qui ne me permettraient pas d’être « verrouillé » à un écosystème. Je préférais utiliser Wunderlist (ou Todoist) à l’application native Rappels d’iOS, les contacts et les mails Gmail plutôt que les contacts iCloud, les photos Google plutôt que l’espace de photos iCloud, etc.

Mais bizarrement, depuis quelques semaines, j’ai fait le constat que les applications natives d’iOS me conviennent parfaitement : l’application de gestionnaire de listes (de tâches) Rappels est devenue assez aboutie. On peut tout de même déplorer l’intégration inexistante sur Apple Watch (bizarrement) : vous pourrez, pour combler les lacunes (par exemple, ne pas pouvoir « cocher » d’élément dans une de vos listes de Rappels depuis l’Apple Watch) utiliser l’application 1List (1,99 €). L’application Mail convient également bien, et n’a pas, à mon sens, de véritable valeur ajoutée avec Inbox ou Gmail. L’interface est peut-être un poil moins sexy…

Il reste un service qui, à mes yeux, nécessite indubitablement une application tierce, c’est Evernote. Vous connaissez désormais mon amour pour Evernote. Or, si l’on semble entrapercevoir un avenir peut-être nuageux pour Evernote (sale temps pour les licornes), les services proposés en natif n’égalent pas la cheville d’Evernote. Prenons le cas de Notes d’iOS, qui a bien évolué dans sa dernière mouture : celle-ci ne permet toutefois pas de totalement remplacer la puissance de l’application à la mémoire d’éléphant : reconnaissance de texte dans des photos, indexation avec des étiquettes, possibilité de créer des notes en envoyant des mails à une adresse secrète

Et vous ? Quelle philosophie retenez-vous pour vos applications sur votre smartphone ? Vous êtes plutôt applications « natives » ou applications tierces ? Pour quelles raisons ?

Doublez l’autonomie de votre Jawbone UP24

Vous avez un bracelet Jawbone UP24 ? Bonne nouvelle ! L’autonomie, actuellement de 7 jours environs, va passer à 14 jours. Pour ce faire, c’est très simple, il vous suffit de mettre à jour le firmware de votre bracelet. 

Pour rappel : à part sa fiabilité matérielle douteuse (bien que le remplacement ne fasse jamais soucis), le Jawbone UP24 est probablement le meilleur bracelet à ce jour permettant de suivre votre sommeil et vos pas. Le réveil pourra être réglé de manière à vous réveiller en phase de sommeil léger (bien pratique et ça fait une vraie différence) et l’application, au design particulièrement soigné, pourra même vous permettre de suivre votre alimentation.

Concrètement, il vous suffit d’aller télécharger le programme prévu à cet effet (pour Mac ou pour Windows), brancher votre UP24 à votre ordinateur avec l’adaptateur qui vous permet habituellement de le recharger et vous laisser guider dans la mise à jour.

Par contre, ça soulève deux hypothèses :

  • Soit les développeurs Jawbone sont devenus des dieux de l’optimisation
  • Soit ils sont totalement stupides de pas avoir implémenté les fonctionnalités auparavant !

Attention, ce n’est valable que pour les UP24 (ceux qui se synchronisent en bluetooth) et n’est pas possible pour les UP « traditionnels » qui nécessitent d’être branchés par la prise jack de votre smartphone pour la synchronisation.

Premier bilan sur mon sommeil (méthode douce et progressive)

Il y a de cela 15 jours j’ai lancé la mise en oeuvre d’une méthode douce et progressive pour travailler mon sommeil. Le bilan est plutôt positif mais j’ai affronté quelques difficultés qui ont mis à mal mon envie d’installer cette nouvelle habitude.

Voici quelques retours pour cette période du 15/07 au 27/07 :

  • Le matin, je me réveille sensiblement moins difficilement. Je n’avais pas re-paramétré mon bracelet pour qu’il me réveille par vibrations avec un réveil en sommeil léger mais je mets cela en place dès aujourd’hui. Je pense que ça va bien m’aider.
  • Le soir je vais me coucher sensiblement plus tôt et je vais lire un peu plus. Quand arrive l’heure « fatidique » de 23h45, je me rends compte que je serais tenté de lire un peu plus, par exemple, mais j’arrive à résister (malgré une tentation très forte), fort de ma motivation et ma prise d’habitude. Un bon point donc.
  • En revanche, j’ai été bousculé dans mon projet par un déplacement en avion de 3 jours avec séjour dans un hôtel. Lorsque l’on change d’environnement, il est souvent facile de se laisser embarquer dans un rythme différent, que l’on considère comme « exceptionnel ». Et quand on va se coucher, on a envie du même rituel que d’habitude (lecture notamment) ce qui fait exploser la limite de l’horaire de coucher établie.
  • Je n’ai pas utilisé judicieusement mes deux jokers. Vous savez, j’avais dit que j’utiliserais 2 jokers pour des soirs où je me coucherai plus tard. Je les ai utilisés à mauvais escient sans bien anticiper ce déplacement de 3 jours… Il faudra que je pense à planifier l’utilisation des jokers.
  • Le bracelet UP24 de Jawbone n’est pas forcément pratique pour suivre la tenue des engagements. Je veux dire, il me permet de voir ma quantité de sommeil par jour en un coup d’oeil et j’ai mis en place une règle IFTTT qui m’enregistre mes phases de sommeil. Je vous mets d’ailleurs la recette ci-dessous. Toutefois, je n’ai pas un aperçu clair de quand j’ai respecté ma nouvelle habitude et quand je ne l’ai pas fait. Je vais donc sans doute utiliser une application pour ça : on m’avait recommandé Habit Bull sur Android il y a quelques temps que je vais utiliser à cet effet. Je vous dirai si ça fonctionne bien.

IFTTT Recipe: Rapport de sommeil connects up-by-jawbone to google-drive

  • Dernière chose au sujet du bracelet UP24 : il comprend une fonction d’alerte d’inactivité. Grosso modo c’est une fonction anti-feignasse qui vous alerte si vous passez trop de temps devant la TV ou si vous êtes trop longtemps assis à votre ordinateur. J’avoue que ce n’est pas trop un soucis pour moi alors j’ai détourné cette fonction. Je viens de le régler de manière à m’alerter toutes les 15 minutes (c’est le minimum, on ne peut pas mettre plus fréquent), chaque soir, à l’approche de l’horaire du coucher. Histoire de me rappeler mes bonnes résolutions.

Je pense que pour contrer cette envie de prolonger la veille dans un environnement inhabituel, le mieux aurait sans doute été de me poser la question suivante : bien que cela me fasse envie de profiter de ce séjour pour me coucher un peu un peu plus tard, mais en tirerai-je quelque chose de positif dans 1 semaine, 1 mois, ou 1 an ? Est-ce si grave si je ne reste pas éveillé et si je respecte mon engagement de sommeil ? Au contraire, je pense que je serai encore plus heureux d’avoir tenu dans ce contexte.

Je retire donc un bilan positif ce cette première phase. Désormais, passons à la phase 2 : jusqu’à la mi-août, je vais donc essayer de m’endormir à 23h30 et me lever à 6h35. J’ai bien réglé mon bracelet et mes alarmes à cet effet. Rendez-vous dans quelques jours pour voir si je continue sur la même lancée.